Chargement du contenu ...

Actualité

Gratuité de l’école / Plusieurs dons faits au groupe scolaire Diabo 1 et 2

Publié le Mardi 24 octobre 2017 | Le Mandat

1

Plusieurs dons ont été faits aux élèves du groupe scolaire Diabo 1 et 2

Face au déficit de matériel didactique, la Compagnie ivoirienne d’électricité a fait un geste à l’endroit des enfants du Groupe scolaire Nanan Kouassi Battey de Diabo. Certes encore insuffisant pour combler un manque important de matériels didactiques et pédagogiques, le don remis récemment par Issiaka N’guessan, journaliste et fils de Diabo, a le mérite d’avoir mis du baume au cœur du corps enseignant du groupe scolaire Diabo 1 et 2. Léa Guigui qui a favorisé l’effectivité de ce don qui vient soulager un tant soit peu les enfants et leurs maîtres, a indiqué que sa structure se tient aux côtés du monde éducatif de Diabo. Il faut dire que l’entreprise citoyenne a un programme d’appui à l’excellence en milieu scoaire. L’on se rappelle que le 8 octobre, en présence de Kandia Camara, Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel, les 14 meilleurs élèves du pays étaient déjà récompensés par cette entreprise. A Diabo, c’est un lot de cahiers et des tricots ainsi que d’autres gadgets qui ont ravi le corps enseignant représenté par Koné Mamadou et Kouamé Sévérin. Ceux-ci, avec les représentants du Coges, Laurent N’Guessan et Diby N’da, ont exprimé leur reconnaissance au donateur et à Léa Guigui qui a permis ce don. Séance tenante, une liste de doléances a été transmise pour trouver une solution au déficit de matériels, pourtant nécessaires pour favoriser le bon service. A Diabo, commune située à 20 Km de Bouaké, les écoles souffrent de confort. Au groupe scolaire Nanan Kouassi Battey, Diabo 1 et 2, il n’y a pas de point d’eau potable tout comme au groupe scolaire Saya. Dans cette dernière école, une salle de classe manque de toiture.

Le péril fécal à l’air libre menace la santé des enseignants et des enfants. Il serait judicieux qu’à côté de l’action publique, les fils et filles de Diabo se mobilisent pour apporter un peu d’oxygène à l’école primaire et maternelle de leur localité. Le collège, lui, connaît un sérieux déficit d’enseignants et de table-bancs. Le journaliste Issiaka N'guessan dit le Goupilleur, porteur de ce don, estime que ce geste est celui le plus naturel que chaque fils de Diabo devrait poser pour sortir la localité de la précarité face à ses nombreux besoins. « J'apporte ma part en appui aux actions des autorités locales et au plus haut niveau. Le Président de la République veut l'école pour tous les enfants dont ceux de Diabo. Beaucoup est fait, mais il reste beaucoup aussi à faire pour l'école à Diabo. Les enseignants ont besoin de soutien des fils que nous sommes. Passer s'enquérir de leur situation est réconfortant, et tant que nous pouvons apporter quelque chose à l'épanouissement des uns et des autres, il faut le faire sans tenir compte de certaines pesanteurs », a-t-il fait savoir.

V.Boty